• L'architecte historique de Lourdes, par Michel Sarrat

    Jean-Marie Lacrampe est un architecte français né et mort à Lourdes (1855-1917). En tant qu'architecte de la ville de Lourdes (Hautes-Pyrénées), il dressa les plans de plusieurs bâtiments publics (notamment la Villa Roques, en 1900, devenue l'Hôtel de Ville) ; il édifia également de nombreuses villas et hôtels particuliers dans le département. Il traça enfin les rampes et les clochetons de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire (cœur des sanctuaires de la cité mariale). Comme représentant local de l'architecte parisien Hippolyte Durand, il fut chargé de surveiller les travaux de construction de l'édifice religieux.

     

     

     

    Biographie  

      

    Jean-Marie Lacrampe naquit à Lourdes (Hautes-Pyrénées) le 4 mai 1855, mourut dans la même ville le 5 mars 1917, à l'hôtel de l'Univers (non à Paris, comme l'indiquent certaines sources), en présence de son ami Eugène Duviau, archiviste de la ville. Fils de Léon Lacrampe et de Marie-Anne Seyrès, Jean-Marie Lacrampe épousa, le 26 février 1881, Jeanne Pérez (1856-1937). Ils eurent quatre enfants : Marie (1874-1959), épouse de Pierre-Joseph Bonnasse (Receveur des Contributions Indirectes à Lourdes, descendant de François de Béarn-Bonasse dit «Capitaine Bonasse», gouverneur du château de Lourdes en 1569) ; Adrien (1876-1965), sculpteur talentueux (cependant méconnu), auteur notamment d'un buste de son père, de la plupart des chapiteaux de l'église paroissiale et d'une statue de Bernadette Soubirous placée à l'entrée de l'Hôtel de Ville [6] ; Gaston (1882-19..), greffier à Lourdes ; Henri (1892-1927), greffier à Argelès-Gazost. De source familiale sûre, Marie et Adrien - les deux premiers enfants du couple Lacrampe-Pérez - sont nés avant le mariage de leurs parents et ont été reconnus par leur père à la naissance : ils furent légitimés par acte de mariage le 26.02.1881. La même source confirme l'ordre de leur venue au monde : Marie (18.09.1874), Adrien (18.07.1876), Gaston (16.02.1882) et Henri (1892).

     

    CARRIERE :

     

    Après avoir été formé par des architectes de renom (dont Paul Selmersheim, architecte des Monuments historiques de Paris et Hippolyte Durand, architecte diocésain), Jean-Marie Lacrampe fut nommé architecte de la ville le 1er janvier 1883, puis directeur de l'école de dessin en 1901, où il avait déjà enseigné cette matière de 1881 à 1887 (sa générosité était évidente : il donnait aux pauvres des cours de dessin gratuits). Il reçut les Palmes Académiques et fut nommé Officier de l'Instruction publique en 1912.

     

    ŒUVRE :

     

    Il exerça parallélement les activités d'architecte municipal (1881-1917), d'architecte des Sanctuaires (1894-1917) et d'architecte civil [2] :

     

    • En tant qu'architecte municipal, il fit exécuter les travaux suivants : égouts de la ville, abattoir municipal de Darrespoueys, Ecole laïque des garçons, rue de Langelle, agrandissement de l'Ecole des filles et de l'Hospice municipal, achèvement de l'église paroissiale du Sacré-Cœur, construction de l'Hôtel des Postes (1912), des bâtiments d'angle des Halles (1896), ainsi que des magasins dits Bancs de la Grotte (1912). [2]

    • Comme architecte des Sanctuaires, il succéda à ses collègues Léopold Hardy et Pierre Simian, en devenant directeur général des travaux de la Grotte. Il édifia les rampes d'accès et les escaliers d'accès à la Basilique de l'Immaculée-Conception, ainsi que les deux clochetons (1908) situés de part et d'autre de la coupole centrale ; il acheva la décoration des treize chapelles du Rosaire et mit en place le mobilier religieux. Il dirigea la construction de la chapelle de la Réconciliation, le percement du couloir central de la crypte et l'édification de l'imprimerie. Il fut aussi l'architecte de la Maison des Pères (1892), ainsi que de la plupart des couvents du pays (Auxiliatrices en 1894 ; Assomption ; Sœurs Bleues, route de Bartrès), agrandit le Carmel, acheva le couvent de l'Immaculée-Conception des Sœurs Bleues (route de la Forêt) et l'Hospice N.D. des Douleurs (Saint-Frai). A titre gracieux, pour les Frères de Ploërmel, il fit construire l'Ecole libre des garçons Saint-Joseph (1893), rue de Bagnères. [2]

    • Comme architecte civil, il édifia notamment plusieurs hôtels somptueux : le Grand Hôtel Moderne (construit pour Benoîte Toulet, épouse de Jean Soubirous) v. note ; les hôtels Gallia & Londres (1894), Chapelle et Parc, Beauséjour ; les hôtels de l'Univers, du Boulevard, des Pyrénées ; mais aussi les villas Roques (1900 ; Hôtel de Ville actuel), Rachel et Gazagne, Fourneau (château de Soum) ; et en 1893, rue de la Gare, sa propre maison aux effets décoratifs (ancienne villa Campbell, puis Canone). Hors de la ville, il créa les plans de l'hôtel du Parc et l'Hôtel de Paris (1886) à Cauterets, d'un autre hôtel à Barèges, du château de Castandet (Landes), propriété du député Benjamin Dulau (1887). [2]

      L'architecte Ernest Seyrès, son neveu et héritier spirituel, lui succédera comme architecte municipal. De par ses fonctions de directeur de l'école de dessin depuis 1901, Jean-Marie Lacrampe fut le formateur de nombreux tailleurs de pierre qui firent la réputation de la ville (« la pierre calcaire de Lourdes »). [2]                                              

     

      TECHNIQUE ARCHITECTURALE :

     

    "Le style architectural se rattache au style dit "éclectique" en vogue durant la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, également appelé style néo-Louis XIII, dont une illustration souvent citée est l'Hôtel du Palais de Biarritz. Les caractéristiques essentielles en sont : la variété des matériaux de construction (pierres de type différent, marbre, ardoise, briques ou un succédané de couleur rouge), l'absence de symétrie, des lucarnes dans les toits, des références à l'antique (colonnes de marbre)."

    (Source : notice WIKIPEDIA sur JEAN-MARIE LACRAMPE)

     

       PORTRAIT :  

    L'architecte historique de Lourdes, par Michel Sarrat

    Le peintre lourdais Louis-Antoine Capdevielle (1849-1905) signa le portrait de Jean-Marie Lacrampe, architecte à Lourdes, huile sur toile, 95 × 72 cm, conservé par la Mairie de Lourdes. Voir la photo de Jean OMNES sur son site : [6] "Patrimoines du Pays des Vallées des Gaves, de Lourdes à Gavarnie. 3 - Les personnages célèbres du pays".

    VOIR AUSSI LA NOTICE WIKIPEDIA : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Lacrampe

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

      

    ⚓ INAUGURATION DE LA PLAQUE "PARVIS JEAN-MARIE LACRAMPE"

    L'architecte historique de Lourdes, par Michel Sarrat

                                 Photo : Jean OMNÈS (page Facebook).

     

    SUR LE  SITE INTERNET DE LA VILLE DE LOURDES (HAUTES-PYRÉNÉES)

    http://www.lourdes.fr/

    L'architecte historique de Lourdes, par Michel Sarrat

    Le parvis Jean-Marie Lacrampe a été inauguré le vendredi 09 décembre à 16h00, devant l’entrée principale de la mairie. Dans son allocution, Mme Anjélika Omnès, élue déléguée au patrimoine, a indiqué le rôle éminent de Jean-Marie Lacrampe (1855 – 1917) dans la construction du Nouveau Lourdes, après les Apparitions. Celui qui fut à la fois architecte municipal et architecte de l’Œuvre de la Grotte, fut le concepteur de nombreux bâtiments dont la plupart font encore partie du quotidien des Lourdais : l’école Honoré Auzon, les halles, le château de Soum (ancienne villa Fourneau), la mairie (ancienne villa Roques), le kiosque, les rampes de la basilique du Rosaire, la librairie du Sanctuaire, la chapelle du Carmel, l’hôtel Moderne… Liste non exhaustive.
    Alors que l’élue et Mme Colonel, architecte des bâtiments de France, dévoilaient la plaque apposée sur le mur de la mairie, la mémoire du grand architecte lourdais trouvait sa juste récompense.

     

    ALLOCUTION ►

    INAUGURATION DU PARVIS JEAN-MARIE LACRAMPE :
    Texte lu par Anjélika Omnès, déléguée au patrimoine, texte de Jean-François Labourie archiviste de la ville :

    Merci à toutes et à tous d’être présents ici en cette fin d’après-midi pour rendre hommage à l’architecte Jean-Marie Lacrampe, qui fut un grand Lourdais.
    Au cours de son immense carrière, il supervisa l’urbanisme du Nouveau Lourdes, celui d’après les Apparitions ; Jean-Marie Lacrampe fut également l’architecte de bâtiments publics et privés qui font encore partie de notre quotidien.
    Cependant, il eut l’infortune de mourir pendant l’année 1917, année terrible de la Grande Guerre, et sa mémoire tomba dans l’oubli pendant des décennies.

    Bien que nous nous approchons du centenaire de son décès, je suis particulièrement heureuse au nom de Madame le Maire et du Conseil Municipal, de réparer une injustice aujourd’hui, et d’inaugurer cette plaque qui restera apposée sur un bâtiment conçu par Jean-Marie Lacrampe, cette villa Roques qui est aujourd’hui le cœur battant de la démocratie lourdaise.

    Né à Lourdes en 1855 dans une famille de petits commerçants, Jean-Marie Lacrampe est élève de l’Ecole des Frères de Lourdes où, brillant élève, il se distingue par ses aptitudes au dessin. Vers l’âge de 16 ans, il entre en apprentissage auprès de son premier maître, l’architecte Louis Soulas, qui deviendra en 1878 l’architecte municipal d’Argelès-Gazost.

    Puis, le jeune Lacrampe monte à Paris. Il poursuit son apprentissage auprès du prestigieux Paul Selmersheim, architecte des Monuments historiques de Paris.

    A l’âge de 20 ans, en 1875, il est appelé sous les drapeaux et se trouve affecté au 2ème Régiment du Génie de Montpellier. Au cours d’une manœuvre de construction de pont, il est victime d’un accident : il est réformé.

    Il rentre à Lourdes et achève sa formation au service de l’architecte Hyppolyte Durand, spécialiste de l’architecture médiévale. Durand est le bâtisseur de la basilique supérieure. Durand est aussi l’architecte de la villa Eugénie à Biarritz et de l’éblouissant château de Monte-Cristo, la demeure rêvée de son propriétaire, Alexandre Dumas.

    En 1879, âgé de 24 ans, Jean-Marie Lacrampe s’installe à son compte à Lourdes.

    Ainsi débute une carrière prolifique qui dure 38 ans.

    Jean-Marie Lacrampe est un architecte aux multiples facettes :

    D’abord,
    1 > Architecte municipal
    Il est nommé en tant que tel en 1881, à l’âge de 26 ans et le restera jusqu’à sa mort en 1917. Il travaille pour cinq maires tout au long de neuf mandats. Son travail consiste à accompagner la construction du « Nouveau Lourdes », et de transformer une petite ville en cité internationale de pèlerinage.
    Il dirige des travaux de génie civil, comme les égouts, et conçoit de grands monuments publics : l’école des garçons en 1893 (actuelle école Honoré Auzon), les abattoirs, la halle dont il dessine les bâtiments d’angle, le kiosque, l’hôtel des Postes et sa coupole en 1913, qui sera détruit en 1957 pour la construction de l’actuel bâtiment.
    Il règle les grands dossiers de l’urbanisme, comme l’alignement des rues. Il réalise également en 1911 l’architecture des « bancs de la Grotte. Bel exemple d’architecture commerciale.

    Mais Jean-Marie Lacrampe s’investit non seulement pour sa ville, mais encore plus pour ses compatriotes. Ayant bénéficié de l’apprentissage auprès de ses maîtres, son but est d’améliorer à son tour la formation professionnelle des jeunes Lourdais. Il obtient de la mairie la création d’une école de dessin et d’art décoratif, dont la mission est de former les tailleurs de pierre de Lourdes (on en dénombre plus de 300 à la fin du XIXe siècle). L’idée est de leur transmettre « l’art du dessin », conforme aux nouvelles techniques issues de la géométrie descriptive. Les tailleurs de pierre lourdais n’oublieront jamais les bienfaits prodigués par Lacrampe à leur corporation.
    Puis,
    2 > Architecte de l’Œuvre de la Grotte
    En 1892, il devient le collaborateur de Léopold Hardy, l’architecte de la basilique du Rosaire qui fut aussi l’architecte en chef des Exposition Universelle de Paris, en 1867 et 1878. Puis lui succédera en tant qu’architecte de l’Œuvre de la Grotte en 1894, et le restera jusqu’à sa mort. Il est le seul exemple de haut responsable travaillant à la fois pour la commune et le sanctuaire de Lourdes.

    Il réalise notamment pour le Sanctuaire l’aménagement de chutes d’eau sur le Gave, la construction de la première centrale électrique et de l’Imprimerie en 1894 (aujourd’hui la librairie), le percement du couloir central de la crypte en 1903, les deux clochetons pour le jubilé du Cinquantenaire des Apparitions en 1907, le nouvel Abri des pèlerins en 1911, le passage souterrain entre la crypte et la maison des Chapelains.

    Au cours de ces travaux, Jean-Marie Lacrampe, l’homme de la pierre de taille, n’hésite pas à utiliser le béton armé, ce qui démontre son ouverture d’esprit ; il est vrai qu’il s’était déjà adapté à l’architecture en fer, avec les halles. La revue Le béton armé, créée en 1898 et vouée à répandre les bienfaits de cette technique novatrice, pointe les travaux de Lacrampe dans le domaine du Sanctuaire, et ce dès 1902.

    3 > Architecte des maisons religieuses de Lourdes
    Il agrandit le Carmel de Lourdes et construit sa chapelle. Il achève le couvent des Sœurs Bleues commencé par Simian. Il agrandit l’hôpital saint-Frai et construit l’école des garçons Saint-Joseph.

    4 > Architecte décorateur
    Jean-Marie Lacrampe dessine beaucoup. Son travail au Rosaire connait une certaine notoriété, notamment auprès des familles fortunées qui font des dons pour l’accomplissement des travaux. Ainsi dessine-t-il un vitrail destiné à un hôtel particulier de Neuilly ; ou des monuments funéraires destinés au cimetière de l’Egalité, pour de grandes familles. Dans ce même cimetière, fin 2015, a été exhumé un monument oublié, le cénotaphe belge, et dont la plaque de bronze porte la signature de l’architecte.

    5 > Architecte civil
    Il construit des hôtels somptueux.
    À Lourdes : l'hôtel Moderne, son chef d’œuvre, commandé par Benoite Soubirous née Toulet, figure typique de ces femmes qui construisirent Lourdes ; l’hôtel Gallia et Londres ; l’hôtel Chapelle & Parc ; l’hôtel Beauséjour.
    À Cauterets, il bâtit l’hôtel du Parc.

    Il travaille également pour une clientèle privée. Lacrampe est l’architecte des grands hôteliers lourdais du début du XXe siècle : Benoite Soubirous, encore elle, lui fait construire la villa privée qui prendra le nom de son gendre, la villa Roques, siège de l’actuelle mairie devant laquelle nous nous trouvons. Somptueuse villa construite en quatre pierres de taille différentes, dans un style néo Louis XIII, fidèle à l’éclectisme architectural de l’époque. Les villas Gazagne et Rachel, où sont aujourd’hui répartis les services de la commune, sont également signés Lacrampe.

    Jules Fourneau, propriétaire de l’hôtel d’Angleterre, lui commande également sa villa privée, aujourd’hui dénommé château de Soum, autre bâtiment municipal.
    Ajoutons sa propre résidence au 21 avenue de la Gare.
    Enfin, Benjamin Dulau, président du Syndicat des Entrepreneurs de Travaux Publics de France, lui commande son château, à Castandet dans les Landes, près d’Aire-sur-l’Adour. Pour Lacrampe, il s’agit d’une sorte de consécration, car son architecture est ici « exportée » : le château est construit en pierre de Lourdes, transportée par train jusqu’à Aire-sur-l’Adour.

    Voilà un bilan non exhaustif de l’œuvre architecturale de Jean-Marie Lacrampe

    Jean-Marie Lacrampe s’est marié en 1881 avec Jeanne Pérez, ils ont eu quatre enfants. Son fils Adrien est devenu sculpteur ; on lui doit la maquette sculptée de la grotte de Massabielle qui servira pour la construction de la réplique dans les jardins du Vatican en 1902, ainsi que de nombreux chapiteaux de l’église paroissiale du Sacré-Cœur.

    Dans les dernières années de sa vie, il est secondé par son neveu, Ernest Seyrès, qui lui succédera comme architecte municipal. Jean-Marie Lacrampe décède à Lourdes, à hôtel de l'Univers, le 5 mars 1917. Le jour de son enterrement, dans l’église comble, tous les tailleurs de pierre pleuraient leur bienfaiteur.

    L'importance de l’œuvre architecturale de Jean-Marie Lacrampe est évidente : il a quelque part façonné le Lourdes d’aujourd’hui. Je suis donc particulièrement heureuse de donner son nom à ce parvis de la mairie, à cette agora qui donne accès à notre maison commune, à notre magnifique mairie qui porte en elle tout le génie de Jean-Marie Lacrampe

    Je tiens à remercier :
    -l’arrière-petite-fille de l’architecte, Mme Madeleine Sarrat-Bonnasse, qui a fait don à la commune des archives de l’architecte,
    - ainsi que Michel Sarrat, son arrière-petit-fils, qui a œuvré pour restaurer sa mémoire.
    - Jean-François Labourie, archiviste de la ville, qui a participé pour la reconnaissance de Jean-Marie Lacampe, notamment au cours des Journées du Patrimoine en 2015 ;
    - M. Roland Darré, maire de Bourréac, qui milite lui aussi pour la cause de Jean-Marie Lacrampe en mettant en ligne une notice complète sur une encyclopédie numérique ; il est l’initiateur de la présente cérémonie.
    - M. Jean Omnès, auteur du site Patrimoines-Lourdes-Gavarnie, pour sa curiosité, son attachement et l’incessant travail consacré à la divulgation de notre patrimoine local.

    PHOTOS DE JEAN OMNÈS  https://www.facebook.com/jean.omnes.5/posts/999331386839489

    PHOTOS DE ROLAND DARRÉ ► https://photos.google.com/share/AF1QipOaex5u9WNNA2QVSWKqs4U7T3t0YPtJ8tT9yGi54_ydTy5Fq4MoNx0rSxSrQrkW1Q?key=UjZwc1VsM2JSV2pSWGVTaS1LOUVaaG9DS0s5dThB

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

     

    Bibliographie

     

     

    • [1] Hommes et femmes célèbres des Hautes-Pyrénées / Christian Crabot et Jacques Longuet, 1994.

    • [2] Lettre adressée à Monsieur le Maire de Lourdes / Roger Mézaille, Jean Labourie et Jean-François Labourie ; juillet 2008. - PLAIDOYER POUR L'ATTRIBUTION D'UN LIEU RAPPELANT LE SOUVENIR DE L'ARCHITECTE.

    • [2 bis] Notice biographique de Jean-Marie Lacrampe / Jean-François Labourie, archiviste de la Ville de Lourdes ; 01/08/2014. - ON PEUT CONSULTER CERTAINS PLANS ET PIECES PRIVEES DE JEAN-MARIE LACRAMPE AUX ARCHIVES MUNICIPALES DE LOURDES.

    • [3] Les Ecoles communales de Lourdes / Roger Mézaille. 

    • [4] Lourdes, ville mariale : un développement foudroyant / Jean-Pierre Thomas. In : Revue VMF, n° 246 (6 nov. 2012).

    • [5] Personnalités des Hautes-Pyrénées : dictionnaire biographique / Jean-Pierre Thomas, 1999.

    • Index biographique français = Französischer biographischer Index = French biographical index / compil. Tommaso Nappo. Tome 4,  Munich : K. G. Saur, 2004.  

     

      RESSOURCES ELECTRONIQUES :

     

    [6] Patrimoines du Pays des Vallées des Gaves, de Lourdes à Gavarnie :    

    http://www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr/

    [6 bis] Patrimoines du Pays des Vallées des Gaves, de Lourdes à Gavarnie. 3 - Les personnages célèbres du pays :

    http://www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr/patrimoine-humain/43-3-les-personnages-celebres-du-pays 

    [6 ter] Pour la mère de JML (Anne-Marie Seyrès) : LISTE NOMINATIVE DE RECENSEMENT DE  POPULATION DE LOURDES 1876, ... http://www.archivesenligne65.fr/arkotheque/navigation_facette/fiche_detail.php?f=ad65&ref1=8747

    [7] Louis-Antoine Capdevielle :     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Antoine_Capdevielle

     

    [8] Basilique de l'Immaculée-Conception de Lourdes :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanctuaires_de_Lourdes#Basilique_de_l.27Immacul.C3.A9e_Conception

    https://www.google.fr/search?q=Basilique+Notre-Dame-duRosaire+de+Lourdes&sa=X&biw=1152&bih=707&tbm=isch&tbo=u&source=univ&ved=0CDkQsARqFQoTCLL47db6zccCFcFrFAodCdkIYA

    [9] Lourdes, ville mariale : un développement foudroyant / Jean-Pierre Thomas. In : Revue VMF, n° 246 ( 6 nov. 2012) :

    http://www.radiopresence.com/IMG/pdf/VMF_246_sommaire.pdf

    [9 bis] L'Église paroissiale du Sacré-Cœur de Lourdes :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_paroissiale_du_Sacr%C3%A9-C%C5%93ur_de_Lourdes          

    [10] Grand Hôtel Moderne / from Wikipedia, The free encyclopedia :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Grand_Hotel_Moderne

    [10 bis] Grand Hôtel Moderne : histoire :

    http://www.grandhotelmoderne.com/fr/5/histoire

    [10 ter] wikiarquitectura http://fr.wikiarquitectura.com/index.php/Grand_Hotel_Moderne

    [11] Journées européennes du Patrimoine 2015 (Lourdes, samedi 19 septembre) : «Sur les traces de l'architecte Jean-Marie Lacrampe» / par Simone Beugin. La Dépêche.fr (23/09/2015) :

    http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/23/2182887-sur-les-traces-de-l-architecte-jean-marie-lacrampe.html

    [11 bis] Journées européennes du Patrimoine 2015 (Lourdes, samedi 19 septembre) : "Du Moyen Âge au ciel, le patrimoine a de l'avenir" / par A.G. Publié par La Dépêche.fr (16/09/2015) :

    http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/16/2177718-moyen-age-ciel-patrimoine-avenir.html

    [12] Lourdes et ses vallées : Chroniques bigourdanes / site de Roger Mézaille, Maître d'École :

    http://bigourdan.voila.net/

    [13] Elec (ECOLE DES CHARTES) : Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle  http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/193

    [14] CAPITAINE BONASSE : http://ossau.katahdin.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=96:capitaine-bonasse&catid=34:les-bearnais&Itemid=74

     

    v. note :

    NOTE DE JEAN OMNES CONCERNANT LE GRAND HOTEL MODERNE (Lourdes), publiée le 21.02.2016 sur la page FB "Les Amis du Lavedan et du Pays Toy" :

    "En fait, c’est Benoite Toulet-Soubirous qui s’est occupée de la construction de l’hôtel. Son mari, était une relation de la famille paternelle de Bernadette (via les grands-parents). Elle a épousé un Jean ou Yantot (et non Jean-Marie, comme parfois mentionné, prénom du petit frère de Bernadette) Soubirous, originaire comme elle, des environs de Rieulhès. Admirable femme d'affaire, Benoite a laissé utiliser son nom de Soubirous pour obtenir plus facilement d'importants crédits auprès des banquiers et attirer une clientèle européenne mondaine. Elle n'a jamais, d'après les dires locaux, affirmé elle-même être l'épouse d'un parent de Bernadette. La confusion se faisait toute seule.
    Et cette confusion fut entretenue, par le fait que l’un des hôtels de Benoite, l’hôtel de La Chapelle, voisin du grand Hôtel Moderne, tomba dans l’escarcelle de sa petite-fille Lanoé, qui épousa Marcel Soubirous, fils de Jean-Marie Soubirous, frère de Bernadette.
    En entrant dans le Grand Hôtel Moderne, on est aussitôt transporté dans le faste de la « Belle Époque » avec sa décoration intérieure Art Nouveau comprenant de magnifiques lambris en bois, des plafonds richement décorés et des sols en mosaïque colorée.
    Si c'est ma photo (Lacrampe) elle a été prise au premier étage de la mairie où l'on peut toujours admirer le tableau posé sur un chevalet. J'ignore si Grace Kelly a fréquenté l'hôtel, ce n'est pas indiqué sur le livre d'or."

    Réponse de Michel SARRAT le 21.02.2016 :

    Grace de Monaco vue par ma sœur, à l'entrée de l'Hôtel Moderne, le 7 juillet 1961.

     

     

     

     

     

     

     Ce texte est publié sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported

    LIRE LE DETAIL DANS LES COMMENTAIRES SUIVANTS...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 7 Décembre 2015 à 16:14

    Courriel envoyé le 05/12/2015 à permissions-frwikimedia.org :

      

    Je confirme par la présente être l'auteur et le titulaire unique et exclusif des droits d'auteur attachés au texte <http://ubac.eklablog.com/> reproduit à l'adresse <http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:uFlPIaOIAJUJ:https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Lacrampe&hl=fr&gl=fr&strip=1&vwsrc=0> . Je donne mon autorisation pour publier cette œuvre sous la licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.  Je comprends qu'en faisant cela je permets à quiconque d'utiliser mon œuvre, y compris dans un but commercial, et de la modifier dans la mesure des exigences imposées par la licence.

    Je suis conscient de toujours jouir des droits extra-patrimoniaux sur mon œuvre, et garder le droit d'être cité pour celle-ci selon les termes de la licence retenue. Les modifications que d'autres pourront faire ne me seront pas attribuées.

    Je suis conscient qu'une licence libre concerne seulement les droits patrimoniaux de l'auteur, et je garde la capacité d'agir envers quiconque n'emploierait pas ce travail d'une manière autorisée, ou dans la violation des droits de la personne, des restrictions de marque déposée, etc.

    Je comprends que je ne peux pas retirer cette licence, et que le texte est susceptible d'être conservé de manière permanente par n'importe quel projet de la fondation Wikimedia.

     

    MICHEL SARRAT

    (Arrière-petit-fils de l'architecte lourdais JEAN-MARIE LACRAMPE)

     

    Administrateur de "BLOG PIBESTE"

    http://ubac.eklablog.com/

     

    ==> JE NOTE ICI QUE JEAN-FRANCOIS LABOURIE, ARCHIVISTE DE LA VILLE DE LOURDES, M'A PERMIS D'UTILISER LE CONTENU DE SES NOTES BIOGRAPHIQUES CONCERNANT JEAN-MARIE LACRAMPE. J'AI ENRICHI LE TEXTE INITIAL DE MOULT DONNEES CONNUES DE MA FAMILLE . J'AI EGALEMENT "PERSONNALISE" CE DOCUMENT QUI FOURNIT, SUR CE SUJET, L'ESSENTIEL DES RECHERCHES BIOGRAPHIQUES.

     

    LA PAGE WIKIPEDIA SUR GOOGLE A ETE SUPPRIMEE PAR LE ROBOT MANDATE PAR WIKIPEDIA, le 06.12.2015. ON POUVAIT LA LIRE SOUS CETTE FORME :

    <http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:uFlPIaOIAJUJ:https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Lacrampe&hl=fr&gl=fr&strip=1&vwsrc=0>  

     

    J'AI AJOUTE CE JOUR, 06.12.2015, LE LIEN GRAND HOTEL MODERNE EDITE SUR LE NOUVEAU SITE WIKIARQUITECTURA :

    http://fr.wikiarquitectura.com/index.php/Grand_Hotel_Moderne

     

     

    VOICI LA REPONSE DE WIKIPEDIA (07.12.2015) :

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Jean-Marie_Lacrampe

     

     

     

     

    2
    Samedi 19 Décembre 2015 à 10:50

    VARIANTE DU CHAPEAU : ⚑ Jean-Marie Lacrampe est un architecte français né et mort à Lourdes (1855-1917). En tant qu'architecte de la ville de Lourdes (Hautes-Pyrénées), il dressa les plans de plusieurs édifices publics (notamment la Villa Roques, en 1900, devenue l'Hôtel de Ville) ; il édifia également de nombreuses villas et hôtels particuliers à Lourdes et dans le département. Il traça enfin les rampes et les clochetons de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire (cœur des sanctuaires de la cité mariale). Comme représentant local de l'architecte parisien Hippolyte Durand, il fut chargé de surveiller les travaux de construction de l'édifice religieux. ⚑

    3
    jean
    Lundi 25 Janvier 2016 à 10:28

    Bonjour,

    je pense qu'Adrien, 3ème enfant de Jean-Marie et Jeanne mariés en 1881 selon ce blog n'est pas né en 1876... en décembre 1876 en effet Jean-Marie est dessinateur, âgé de 21 ans et vit chez sa mère veuve marchande rue du bourg : confer recensement de Lourdes de décembre 1876.

    Ce fils Adrien est un sculpteur effectivement méconnu à plus d'un titre yes  

    Cordialement

    Jean

    4
    Lundi 25 Janvier 2016 à 13:36

    EFFECTIVEMENT. JE VAIS FAIRE UNE DEMANDE A L'ARCHIVISTE DE LOURDES. CETTE DATE FIGURE BIEN SUR LE SITE DE JEAN OMNES : Adrien Lacrampe (1876-1965).
    "Une énième statue de Bernadette trône à l’entrée de l’Hôtel de ville de Lourdes. Il s’agit de celle du sculpteur local méconnu, Adrien  Lacrampe, fils de l’architecte de la ville au siècle dernier, Jean-Marie Lacrampe. Cette statue de pierre qui ressent l’influence de Firmin Michelet,  s’est trouvée en 1934, en compétition avec celle de Jacques Hartmann. Il y aurait au château de Lourdes une autre statue, une copie de Donatelllo, Tête d’Enfant (1905). Adrien Lacrampe a été élève de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts."

    Précisons qu'Adrien LACRAMPE fut diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts à Paris et à Toulouse. (Note de Michel SARRAT).

    VOIR : Patrimoines du Pays des Vallées des Gaves, de Lourdes à Gavarnie. 3 - Les personnages célèbres du pays :

    http://www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr/patrimoine-humain/43-3-les-personnages-celebres-du-pays 

     
    MERCI BEAUCOUP. JE VIENS DE CORRIGER LA NOTICE WIKIPEDIA ET L'ARTICLE DE MON BLOG.

    "De source familiale sûre, Marie et Adrien - les deux premiers enfants du couple Lacrampe-Pérez - sont nés avant le mariage de leurs parents et ont été reconnus par leur père à la naissance : ils furent légitimés par acte de mariage le 26.02.1881. La même source confirme l'ordre de leur venue au monde : Marie (18.09.1874), Adrien (18.07.1876), Gaston (16.02.1882) et Henri (1892)." (Ajout WIKIPEDIA 26.01.2016).

    ==>  LISTE NOMINATIVE DE RECENSEMENT DE POPULATION DE LOURDES 1876 (Rue du Bourg, 28-64-226) : http://www.archivesenligne65.fr/arkotheque/navigation_facette/fiche_detail.php?f=ad65&ref1=8747

    En décembre 1876, JML (21 ans, dessinateur) vivait bien chez sa mère Marie-Anne Seyrès, veuve Lacrampe, chef de ménage et marchande rue du Bourg (Recensement du 15.12.1876). La ville de Lourdes comptait alors 5390 habitants (population agglomérée : 4496 hab. ; population éparse : 894 hab.)

    J'ATTENDS LE NOUVELLE NOTICE BIOGRAPHIQUE DE JML rédigée par Jean-François Labourie, archiviste de la Ville de Lourdes. 

      • Vendredi 5 Février 2016 à 12:36

        REPONSE DE JEAN-FRANCOIS LABOURIE, archiviste de la ville de Lourdes (02.02.2016) :

        Cher compatriote,
        D'abord, je vous livre la notice biographique de Jean-Marie Lacrampe, fruit de mes recherches. Il me semble qu'on arrive à mieux cerner son oeuvre considérable.Je vais l'envoyer à l'architecte des bâtiments de France et à l'archiviste du Sanctuaire. Dites-moi si vous avez des corrections à y porter. (VOIR ARTICLE SEPARE = cliquer sur OUVRIR)


        Quant à la descendance de JML, la voici :


        - 18 septembre 1874, naissance de Pérez Marie, illégitime, nom de la mère : Pérez Ursule (sic), née dans la maison Laborde Lousé, sise chaussée Maransin n° 9. Mariée le 30 mai 1907 avec Bonasse-Gahot Pierre-Joseph.
        - 18 juillet 1876, naissance de Pérez Adrien, illégitime, nom de la mère : Pérez Ursule (sic), né dans la maison Latour, rue Basse n° 21. Marié le 24 juillet 1917 avec Magdelaine Seingès.
        - 29 juillet 1876, reconnaissance par son père Jean-Marie Lacrampe de Marie Lacrampe
        - 29 juillet 1876, reconnaissance par son père Jean-Marie Lacrampe d'Adrien Lacrampe
        - Mariage le 26 février 1881 de Jules Jean-Marie Lacrampe et de Pérez Jeanne née à Saint Geours-de-Marenne (Landes) le 12 février 1856
        ...Les dits époux nous ont ensuite déclaré qu'ils est né d'eux deux enfants, savoir :....."
        - 16 février 1882, naissance de Léon-Jean Gaston Lacrampe (dans la maison Cazaux Nicolau, sise quartier Lapaca n° 15). Marié le 21 novembre 1908 avec Victorin Marie-Louise- Antoinette
        - 18 mai 1891, naissance de Henri-Marie Jules Lacrampe (dans la maison Lacrampe, sise rue de la Gare). Marié à Ger le 3 janvier 1920 avec Miaux Maria-Justine.

         


        Bien cordialement, bonne réception
        Jean-François Labourie

    5
    Jeanny Segret
    Vendredi 9 Mars à 17:50
    Merci pour l' Histoire de Lourdes
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :